Talent Delane SI : Eric, consultant et artiste

Cette semaine, Delane SI met en lumière les talents de ses collaborateurs. Parmi eux, Eric : artiste.

A la rencontre d’un consultant – artiste…

Consultant MOA risque de crédit dans le secteur bancaire, il exerce également une activité personnelle artistique assidue. Il a accepté de partager son travail et nous parler de sa passion. De sa rencontre avec les arts à ses projets actuels, en passant par les considérations techniques et la combinaison vie professionnelle – vie d’artiste, il retranscrit tout avec sincérité. Sans oublier de nous transmettre l’étincelle pour les arts.

Entrevue, et découverte.

Pour commencer et rentrer dans le vif du sujet, pouvez-vous présenter votre vie d’artiste ? A quoi vous consacrez-vous ? Quelles techniques ?

Compte tenu de mon travail, je ne travaille sur mes projets artistiques que le soir, le matin et le week-end (quand je n’ai pas mes enfants).

Je dessine et je fais de la peinture, principalement avec des bombes. J’utilise aussi beaucoup les marqueurs rechargeables avec de l’encre acrylique. J’ai découvert il y a peu de temps la technique du pochoir. C’est génial, j’adore.

Chez moi, je me suis installé une table d’architecte orientable et inclinable, ce qui me permet d’avoir toujours sous les yeux mon travail en cours de réalisation. C’est important pour moi, d’avoir toujours sous les yeux le travail encours.

tableau d'un artiste Delane

                     Production de Eric, consultant Delane SI

Comment cette pratique a-t-elle pris naissance et évolué dans votre vie ?

Dans mes souvenirs, j’ai toujours dessiné.

Ça a commencé par du gribouillage dans les marges de mes cahiers de cours. Du travail sur la forme des lettres et leur représentation en 3D. Ensuite, j’ai continué pendant les réunions de travail (chut : il ne faut pas le dire !).

J’ai ensuite rencontré une personne qui a été très importante pour moi (la mère de mes enfants et ex-épouse), elle m’a encouragé dans cette voie et m’a juste dit qu’il serait bien de conserver mes dessins. Et, à partir du moment où j’ai conservé mes dessins, il y a eu comme un déclic. Et j’ai commencé à m’y intéresser davantage, à me cultiver sur les artistes modernes et à faire évoluer mes dessins aussi bien dans le format que dans le style.

 

Vous occupez un poste à responsabilités. On imagine qu’il doit être difficile de s’adonner à une pratique artistique en parallèle… Trouvez-vous le temps à cela ?

J’ai la « chance » d’avoir beaucoup de temps en dehors de mes horaires de travail. Je vis seul et je dors peu. Par conséquent, je travaille sur mes projets un peu tous les jours souvent tôt le matin, c’est le moment que je préfère. Par ailleurs, cette année je me suis inscrit à un atelier libre qui ferme le soir à 22h. Malheureusement je n’ai pas encore eu le temps d’y aller.

 

De fait, pensez-vous qu’il existe un effet de vases communicants entre la vie professionnelle et artistique ? Que par exemple, la première peut inspirer l’autre ou encore que les arts vous apportent quelque chose que vous ayez pu mettre à contribution au travail ?

Non, je ne fais pas de liens directs entre ces deux activités. Le seul lien que je vois et le fait que je parle de mes passions au travail. Donc nécessairement à un moment ou un autre, la discussion tournera autour de l’art.

L’intérêt que j’y vois, c’est de rencontrer d’autres personnes passionnées par l’art en général.

Avez-vous des sujets de prédilection ?

La figure féminine comme vous l’avez remarqué à juste titre dans une des questions ci-dessous.

tableau d'un artiste de chez Delane SI

production de Eric, consultant Delane SI

Et quelles sont vos sources d’inspiration ?

Mes sources d’inspirations ?

Les magazines, les réseaux sociaux (surtout Instagram), les discussions. La musique est un élément important lors de la réalisation de mes créations. Mais ces « outils » ne sont que des outils et ne garantissent en aucun cas la réussite du projet.

De façon générale, c’est un mélange de tous ces facteurs et de bien plus de choses. On pourrait parler d’une sorte de réaction chimique. Il y a plusieurs éléments extérieurs et une envie, une idée ancrée en moi. Même si tous les éléments sont réunis s’il n’y a pas de catalyseur rien ne se passera.

C’est ce qui s’est passé il y a deux week-ends. J’étais super motivé pour faire une grande toile (2mx1.60m). Je me suis lancé et à la fin de la séance la toile était recouverte d’un magnifique pâté bleu avec des lignes rouges. Bref un ratage intégral.

 

D’ailleurs, quels artistes nous invitez-vous à découvrir ?

Il y a trop d’artistes avec un vrai talent et de vraies idées qui sont absolument géniaux.

En vrac : Hopare, Tara McPherson, Kef !art, Gabriel Moreno, Hom Nguyen, Jean luc Moherman (Vernissage à la galerie AZ2R mi-octobre !!).

Bref toutes ces personnes et bien d’autres encore, vous les retrouvez dans des magazines comme GraphitiArt.

 

Pensez-vous que tout le monde ait la fibre artistique ? (En creusant, une sensibilité à cet univers, et peut-être des capacités en la matière, dans des registres différents ?)

Oui, sans aucun doute.

Pour étayer ce oui franc et massif, je reprendrais le très beau discours de Jacques Brel sur le talent.

Le talent en soit ne veut rien dire et n’existe pas. Il y a des envies, des frustrations, de la passion et surtout énormément de travail et une envie de faire.

 

L’éternelle question, si on veut : qu’est-ce que l’art représente pour vous ?

C’est un moyen d’expression. Une façon de sortir les émotions qu’on a au fond de soi. C’est une façon de se décharger.

Et c’est l’occasion de focaliser son attention sur quelque chose de précis. Lorsque je dessine, je ne vois pas le temps passer. Je suis concentré sur ce que je fais, je vis l’instant présent, le moment et rien d’autre. Il n’y a pas de pensées parasites. C’est une façon aussi de se recentrer sur ce qui existe vraiment : le présent.

 

 

Et quel est votre plus beau souvenir d’artiste ?

Un ami artiste a participé à une expo en plein air avec son atelier. Je suis allé l’aider à monter son mobile. Une fois cela fait, nous avons effectué une performance artistique.

Mais l’intérêt de la performance était surtout que nous avons fait participer le public. Plus particulièrement : nous avons fait participer les enfants. Il y avait une énergie vraiment particulière. Et puis, voir les enfants qui découvrent le résultat en « live » de leur participation, c’était juste incroyable.

 

Une belle rencontre à mentionner, à raconter ?

Plusieurs belles rencontres, mais la plus notable, c’est un ami consultant que j’ai rencontré il y a quelques années (nous faisions partie de la même boite). Lui-même artiste dans un style différent du mien mais c’est resté quelqu’un avec qui les échanges sont toujours très enrichissants.

 

Et si on entre dans la dimension technique : quel est votre processus de création ?

Je reprendrai juste l’image que j’ai mise sur mon compte Instagram :

this is awesome ;

this is tricky ;

this is shit ;

i am shit ;

this might be OK ;

this is awesome.

 

Aimeriez-vous vous essayer à de nouvelles techniques ?

Oui, évidement. J’ai trop tendance à rester dans ma zone de confort. D’où l’inscription en atelier libre d’art pour voir ce que font les autres artistes.

 

production au feutre de Eric, artiste de chez Delane SI

production de Eric, consultant Delane SI

Et en règle générale, des projets ?

Des projets Artistiques ? Oui, plein…

A court terme je suis en train de travailler sur les portraits de mes enfants (cette fois ci, il y aura un garçon).

Je cogite sur un projet de sculpture géante en carton dans le style des statues de l’ile de Pâques (environ 2m à 2m40 de haut. Il faut que ça rentre chez moi…).

Et ensuite, améliorer ma technique de pochoir, et surtout progresser et avancer dans le dessin pur de visage féminin.

Refondre mon site internet qui ne me convient pas.

 

Et en ce qui concerne vos actualités ?

Je n’ai pas eu l’occasion d’exposer pour l’instant mais je compte bien y arriver.

La partie « commerciale » n’est réellement pas mon fort… je dessine ; mais me vendre c’est une autre affaire.

 

Y a-t-il une de vos productions dont vous êtes particulièrement fier ? Et dont vous aimeriez nous parler ?

Oui, il y en a un tableau en particulier.

D’abord c’est un des premiers pochoirs que j’ai réalisés. La réalisation a été assez simple, j’ai dans un premier temps réalisé un fond, j’ai ensuite appliqué le pochoir et enfin j’ai fini le tableau en ajoutant des éléments de décoration que j’ai directement dessinés sur la toile. Ça c’est pour la partie technique.

Ce portrait a beaucoup d’importance pour moi. Tout d’abord je l’ai réalisé pour une femme (c’est son portrait stylisé). Cette personne avait une place vraiment particulière dans mon cœur. J’ai donc réalisé ce portrait avec la ferme intention de lui offrir. Malheureusement cette personne n’habite pas en France et nous ne voyions pas aussi souvent que nous le désirions. Donc la distance et l’éloignement ont fait que je n’ai jamais eu l’occasion de lui donner.

 

Question à mille points : si vous deviez donner une définition à l’art… votre propre définition ?

Une définition de l’art, je n’en ai pas.

Pour moi l’art ne se résume pas à une définition mais à un sentiment, une sensation, une émotion.

L’art doit faire réagir, réfléchir, l’art doit toucher notre fibre émotionnelle.

J’aime beaucoup les street artistes comme Banksy ou Mystic en plus des graphismes soignés et de la technique, il y a une réflexion sur notre monde, notre société. Je suis très admiratif de ces personnes qui ont le recul et le sens critique nécessaire à l’analyse de notre société. C’est très très fort de mélanger les deux, je trouve, sans tomber dans les clichés.

« L’art doit toucher notre fibre émotionnelle »

Tableau de Eric, artiste de chez Delane SI

production de Eric, consultant Delane SI

Votre galerie web, finalement, permet très peu de vous connaître mieux, on n’y trouve pas de présentation vous concernant. Est-ce un choix délibéré ?

Oui et non.

Comme je l’ai dit précédemment je ne sais pas me vendre. Alors plutôt que de mettre quelque chose de complètement convenu, je préfère ne rien mettre. Par ailleurs c’est mon travail que je présente, pas moi.

Concernant cette galerie de toute façon je n’en suis pas satisfait. C’est un de mes projets de justement refondre mon site web. Mais bon : ce n’est pas ma priorité.

 

Lorsqu’on regarde les réalisations qui y sont répertoriées, on constate un esprit très personnel, mais aussi une technique plutôt affûtée. Comme si vous exploitiez des procédés maîtrisés tout en sortant du pur académique… Quelle est votre position ?

Étant complétement autodidacte, j’ai développé mon propre style au fil du temps.

Mais personnellement je sens régulièrement des lacunes, surtout concernant la réalisation de portraits.

 

Pouvez-vous nous décrire un peu le street art éphémère ? C’est finalement une « discipline » relativement peu connue…

Éphémère car ces dessins sont faits à la craie. Seul le dernier est encore visible.

Les techniques, les méthodes sont similaires à ce que je fais déjà sur les toiles. Mais j’avais besoin de grandeurs, d’espace. J’avais envie de voir comment « ça fait » quand on fait une fresque de 5 mètres par 3.

J’avais repéré un grand tableau noir sous le musée d’Orsay. Je suis venu avec mes craies, ma musique et c’était parti. Je n’ai pas envie de dessiner à la bombe et aux feutres indélébiles dans Paris. En gros je n’ai pas envie de me faire courser par la maréchaussée ahahah, et puis : un peu de respect ne fait pas de mal dans ce monde.

Quoiqu’il en soit cette expérience était géniale. J’ai adoré et je referai.

 

tableau de Eric, artiste de chez Delane SI

Production de Eric, consultant Delane SI

 

 

Dans la thématique « masques et visages », on perçoit une représentation essentiellement, voire intégralement féminine. S’agit-il d’un hasard, d’un parti pris esthétique ? Traduit-elle une inspiration en particulier (une personne existante) ?

Oui j’aime représenter la figure féminine et clairement c’est un parti pris esthétique. C’est la beauté, l’harmonie, la sérénité… bref.

Mais ce n’est pas suffisant, car je pourrais prendre les tops model du moment et les dessiner. Mais cela ne m’intéresse pas.

En règle générale je ne dessine que les personnes qui sont ou qui ont été importantes pour moi. Ça me permet de m’investir totalement dans mon sujet, d’être avec la personne. C’est un peu comme une déclaration d’amour. A mes yeux c’est indispensable, cela peut paraitre prétentieux ; mais dans chaque portrait il y a une part de moi, j’ai envie de donner à cette personne que je dessine. C’est une façon d’être avec elle de façon totale et inconditionnelle.

Les règles étant faites pour être contournées, je dessine parfois des portraits à partir de gens que je ne connais pas. Le seul point commun : la photo doit me plaire.

 

Retrouvez le travail de Eric sur sa galerie ou sur Instagram.